Captifs, les marchés? Libérons-les!

Ne vous y trompez pas.
Quel que soit demain le candidat qui sera élu Président de la République, qu'il soit de droite ou de gauche, une chose est certaine, il lui faudra, non seulement contenir avec grand effort les dépenses de fonctionnement de l'État.
Donc, par effet de levier, augmenter les recettes.

Alors on se prend à rêver qu'avec un grand ministère de l'Économie et des Finances, la France va inventer de nouveaux modèles, inspirés des travaux d'économistes clairvoyants et surtout inspirés des leçons  de la crise mondiale.

Sauf que...
Sauf que ça ne marche pas comme ça.
On parle déjà d'un litre d'essence à €2,00. Et pourquoi €2,00 le litre?
LES TAXES, mes braves, les taxes.

Vous enlevez les taxes d'importation sur les produits pétroliers et Bercy ne sait plus rien faire!
Tous ces gens-là, Présidents et Ministres, ont souvent fait de grandes études, de très grandes études de marché surtout.

Et ce qu'ils savent, c'est qu'il existe des marchés... captifs.
C'est quoi cette bête-là? J'étais sur le marché de Savenay mercredi, et je n'ai pas trouvé qu'il était captif, ni très captivant d'ailleurs!
Un marché captif, bonnes gens, c'est un produit dont vous ne pouvez pas vous passer ou très très difficilement.

Exemple: le papier toilette. Vous avez déjà entendu des gens faire grève dans les usines de PQ?
Jamais. Tu n'as pas le choix, même en toilette bio-bobo-écolo-sèche. Sinon ‟ avé les mains ”!

Autre exemple, les coiffeurs. C'est vrai que beaucoup n'y vont pas chez le coiffeur, mais il y a beaucoup plus de gens qui vont chez le coiffeur que l'inverse. Et comme la pub de CETELEM, il faut payer pour se faire tondre. Un comble, tout de même.

Mais il en existe de plus conséquents pour votre porte-monnaie.

L'eau, parce que vous n'avez pas le choix de votre opérateur et qu'en plus vous payez souvent d'avance votre consommation au prétexte de la mensualisation et au prétexte de lisser vos dépenses de ménage. Ce sont les opérateurs privés du coup qui se frottent les mains. Ces opérateurs, du moins jusqu'à ce que quelqu'un me prouve le contraire, ne sont en fait que des banques déguisées.

L'électricité, parce que vous n'avez pas le choix, non plus, de votre opérateur. Il peut s'appeler EDF, Direct Énergie, GDF, etc. De toute façon allez donc regarder un câble de 40.000 volts et dites-moi comment vous reconnaissez le ‟ jus ” de Direct Énergie, hein? Coton, quand même. Et qu'en plus vous payez souvent d'avance votre consommation au prétexte de la mensualisation et au prétexte de lisser vos dépenses de ménage. Encore des banques déguisées.

Le Gaz, parce que...  vous n'avez pas le choix... etc., etc.

Et les carburants!
He oui, aussi.
Et avant que vous vous en passiez, que ce soit le fioul pour vous chauffer, ou l'essence et le gazole pour rouler, il faudra de sacrées trouvailles en trottinettes électriques et autres engins photovoltaïques, pas chers, économiques et qui ont plus d'une heure d'autonomie. Oubliées les vacances en cabriolet électrique, Paris-Nice, parce que vos 3 semaines de vacances, c'est 10 jours pour l'aller et recharger les batteries et 10 jours pour le retour. À moins que ce soit votre choix!

Alors, ne rêvez pas, vous ne ferez pas un plein à €5,00 comme en Libye tant qu'on aura pas d'une part de volonté politique, et d'autre part des économistes de talent et des gens compétents au service de l'État.

Et on est pas prêt à faire un Paris-New York en avion électrique avant longtemps!

énergie finance E85 solidarité carburant vert Economie contribuable gaspillage marchés captifs Gaz eau électricité banque

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site