La sècheresse des idées... Que d'eau, de coups bas, de spéculation et de bêtise!

 

Pour ceux qui auraient eu l'occasion ou pas de lire cet article sur Rue89 intitulé: "Assez de soleil, on veut de la pluie (surtout les agriculteurs) !
" et rédigé par l'un de ses excellents contributeurs réguliers, "nono le simplet": http://www.rue89.com/2011/06/05/assez-de-soleil-on-veut-de-la-pluie-surtout-les-agriculteurs-207943?page=5#comment-2420622

@ tous les producteurs et agriculteurs qui nous emmerdent depuis des années avec trop de ceci et pas assez de cela!

La sécheresse:
Certes, il fait beau et chaud ... et très sec.


Sur les deux premières photos de l'article, à perte de vue, peu ou pas d'arbres et/ou de haies.
Et je vous suggère, si vous avez google earth sur votre ordinateur d'aller à ce point de coordonnées suivantes:
 46°52'57.35"N - 
0°52'21.38"O 
Altitude de 150 mètres.


Et vous y découvrirez ce que vous, producteurs et agriculteurs vous en faites de la terre, de notre terre. Pas de haies, plus d'arbres sur des centaines et des centaines d'hectares.


J'ai vécu en 1963, dans une petite ferme pendant une partie de mon enfance (14 hectares!). Quelques vaches, des prairies à foin, 7 ha de blé, orge et avoine, des patates, des betteraves pour les vaches et une jachère tournante de 2,5ha. Nous avons connu des étés très secs mais les champs étaient verts tout le temps et personne n'arrosait les champs. C'était impensable d'ailleurs!


On avait un puits et n'utilisions que son eau pour tout, la cuisine, la toilette, le jardin, les animaux, la lessive, etc. Jamais tari.


C'était dans la Nièvre. Elle a malheureusement bien changé depuis.


Toutes ces haies, bois, forêts formaient des réservoirs naturels d'humidités et d'eau. Ces configurations physiques des campagnes influençaient et favorisaient largement les microclimats. On entendait rarement parler d'inondation. Et on arrosait pas les champs!


Puis les Zorro de la productivité et du rendement, la Pac, le Crédit Agricole, les notaires et les syndicats sont arrivés. On a remembré. On a tous rasé. On a défolié, ‟ pesticidé ”, ‟ azoté ”, désherbé, désinsectisé jusqu'à semer même sur les talus et les bords de fossé pour ne pas perdre le moindre mm2! On a endetté et surendetté les paysans pour en faire une main d'œuvre pas chère et corvéable à la merci des spéculateurs et de la grande distribution.


On ne récupère plus l'eau de pluie. On impose même des réseaux d'évacuation pour la jeter dans les rivières! Savez-vous que sur une maison de 100 mètres carré située en Loire Atlantique (Savenay), tombent chaque année plus de 65.000 litres d'eau? Et on en fait quoi? Rien, on évacue! On impose rien à personne, ni dans l'architecture ni dans les normes de constructions, ni dans l'agriculture.


Pleurez, pleurez encore, mais la terre est sèche et ce ne sont pas les larmes qu'il vous reste encore qui rendront vos terres fertiles et saines.
Penser l'agriculture autrement et la mettre en pratique. Toute une intelligence à se réapproprier...

Economie écologie solidarité citoyens gaspillage énergie agriculture eau phytosanitaire paysans malbouffe

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×