Lettre à Nathalie, Ministre de l'Écologie et tous ces pollueurs d'automobilistes...

Huit municipalités françaises, volontaires, vont se lancer dans le tri des véhicules polluants à l'entrée de leurs villes.
Voilà la dernière grande et géniale idée de Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l'Écologie. Après le Grand Prix ‟ Miss Antigel Aéroports Hiver 2010 ”, voilà ‟ Miss Anti-CO2 Saison 1 2011 ”!

Pour une première approche ce ce qui semble un projet, voici le lien vers le document pilote du Ministère de l'Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement:
http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=search&query=V%C3%A9hicules+les+plus+polluants+interdits+en+ville+en+2012&motclesaisi=V%C3%A9hicules+les+plus+polluants+interdits+en+ville+en+2012&x=0&y=0

Autant dire, un document imbuvable.

Petit extrait à remettre dans son contexte néanmoins:
‟ Plusieurs  textes  réglementaires  encadreront  les  expérimentations  de  ZAPA,  en  application  de  la  loi 
dite  « Grenelle  2 »  (loi  n°  2010788  du  12  juillet  2010  portant  engagement  national  pour 
l’environnement) : 
    ... un  décret  en  Conseil  d’Etat  définissant  les  sanctions  applicables  en  cas  d’infraction  à  une 
ZAPA (une amende a priori de troisième classe, soit 68 €);  ... ”

Ça laisse pantois sur, encore une fois, l'imagination fertile des institutions à trouver coûte que coûte, toutes les sources de trésorerie possibles.

En somme, il s'agirait de ‟ coller ” au plus près des directives européennes, vous savez, celles qu'on a refusées majoritairement par référendum!

Les plus pauvres, encore une fois, devront payer pour les plus pollueurs et les plus riches.

Je commence ma diatribe par une anecdote:

Un jeune couple, amis de ma fille, avec un bébé, ont acheté, il y a environ un an, une Renault 21 essence. Il ne l'ont pas payée cher, €1500,00, mais financée par les parents. En très bon état général et bon état mécanique, elle appartenait à des retraités et avait jusque-là été entretenue avec grands soins, les factures l'attestent.
Certes, elle n'est pas très économique avec ses 8,5 litres au 100km et plus de €1,50 le litre de 98.
Mais, avec le bébé, elle est confortable et sécurisante. Ils se sont séparé d'une ZX qui tombait littéralement en ruine et qui, je vous l'assure, passait quand même le contrôle technique! Un comble.

Le garçon, Antoine, travaille dans un magasin d'une enseigne nationale de meubles et décoration qui dépose actuellement le bilan. Il gagne à peine plus que le smic. Les fins de mois sont difficiles, très! Et leurs fins de mois durent 30 jours en moyenne, c'est dire. Il pointera très bientôt au Pôle Emploi.

Il a bien essayé les transports en commun pour aller bosser, de Couëron centre (44) à Orvault, route de Vannes, pour ceux qui connaissent. Bref. En voiture, 15 minutes. En Bus+Tram+Bus il lui faut plus d'une heure, le soir il faut compter un quart d'heure de mieux. Le samedi (il est de repos le lundi) il lui faudrait une heure et demi le matin et pour rentrer, rien, sauf l'auto-stop. Sa compagne n'a pas le permis de conduire. Une fois par semaine, en rentrant du travail, il s'arrête au supermarché hard discount pour les courses. Et puis, comme il est musicien, régulièrement, avec des potes de Nantes, il va répéter.
Avec sa compagne et le bébé, de temps en temps ils vont voir des amis, en voiture, bien sûr. Ils ont bien eu l'idée de demander à la TAN (Transports de l'Agglomération de Nantes) de mettre des bus à leur disposition pour les déposer quand ils en avaient envie, devant chez leur amis, mais ils ont lâché l'affaire.

Et puis, lors d'un journal télévisé sur France2, il y a quelques jours, on nous a présenté un reportage pour faire des économie de carburant, avec un kit spécial à installer sur la plupart des véhicules, en roulant donc à l'éthanol E85. Miracle fiscal, ce carburant ‟ vert ” ne supporte pas ou très peu la TIPP et on le trouve entre €0,77 et €0,87 le litre. €420,00 le kit, quand même, mais près de €30,00 d'économie par plein. Soit environ 14 plein pour amortir l'investissement. C'est vrai qu'il n'y a pas des pompes partout de E85, 350 environ en France. Mais on ne risque pas la panne, le kit permet quand même de rouler au 98 ou au 95.

J'appelle ma fille (qui a une Renault 19 essence) pour lui annoncer la bonne nouvelle. Ils font plus de 3 pleins par mois. 5 mois pour amortir. Sauf que ma Bichounette, qu'est ce qu'elle me dit? ‟ Bah oui!, c'est super intéressant ton truc, mais comment je trouve l'argent pour acheter ton  kit spécial? ”. Son compagnon gagne lui aussi à peine plus que le smic...

Et la société qui commercialise ce  kit spécial ne fait pas le 3 fois sans frais. Dommage. C'est con, hein?

J'appelle dans la soirée, le même jour, Antoine, pour lui annoncer aussi à lui, la bonne nouvelle pour sa Renault 21. Mais d'avance, je me dis que je vais encore prendre un vent, comme avec ma Bichounette! Antoine, sans surprise, me fait la même réponse. Et d'ajouter ceci: ”Avec la 21 et le prix de l'essence à plus de €1,50 le litre, on a discuté avec ma copine. On s'est dit qu'on devrait se débarrasser de la 21 qui nous coûte trop cher en carburant. À la place, on se trouve une petite voiture pourrie (sic!) mais qui consomme que dalle (re-sic!). ”
Les €420,00, ils ne les ont pas. Les banques ne prêtent pas pour se financer ce  kit spécial. L'État non plus. Pourtant, leur budget se referait une santé. €80,00 d'économie par mois après amortissement, soit près de €1.000,00 par an. Ça aide les plus modestes quand même.

Et puis, plus surprenant encore dans ce projet de la  Ministre de l'Écologie, à lire dans son contexte:

‟ Les travaux de modélisation à partir desquels ont été réalisés les scénarii d’interdiction présentés en 
annexe 2 reposent sur les données et hypothèses suivantes : 

     ...70% des propriétaires d’un véhicule interdit sur la zone choisiront de remplacer leur véhicule 
par un véhicule neuf de même motorisation. Les 30% restants opteront donc pour le report 
modal (ce qui explique le décalage entre le pourcentage de véhicules concernés par une 
interdiction et l’impact sur la réduction de circulation).  ... ”

Mais avec quel argent que tous ces jeunes, pauvres, travailleurs, chômeurs, retraités, etc., ils vont se la financer cette bagnole neuve. Elle préconise quoi Nathalie pour tous ces gens-là? Est-ce que Nathalie sait ce que c'est que de vivre avec un ou des enfants avec €1000,00 par mois, le gaz qui a augmenté de 30% en un an, une voiture pourrie qu'on ne peut pas changer faute de moyen et l'essence à plus de €1,50 le litre?

Évidemment que l'éthanol E85 n'est pas très développement durable et écologique. On le fabrique avec du maïs, du blé et je ne sais quelles autres plantes, qu'on cultive avec des bons engrais tous pourris à tuer la vie, avec des gros tracteurs pollueurs et des tonnes de CO2. Pendant que des centaines de millions d'humains crèvent la faim, en France aussi. Mais on fait quoi maintenant, Nathalie.

Qui décident des normes appliquées aux carburants et aux émissions diverses, polluantes, mortelles et variées? D'abord les constructeurs. Ils étalent leurs investissement sur le long, très long terme. Surtout quand les normes leur sont imposées. Puis les pétroliers raffineurs, pour les mêmes raisons que les constructeurs. Enfin, l'Europe et ses partenaires. Je ne parlerai pas des Grenelles de la dentelle et des concours de poésie genre Kyoto ou Copenhague, on y a jamais rien décidé, la preuve, personne ne se souvient même pas de qui a gagné le concours ‟ Green Giant ”!

Et qui plus est, on jette tous ces ‟ pôvres ” pauvres où? Dans les campagnes? On transfère les usines à la campagne? Les magasins, les cinémas, les écoles et les musées aussi? Ça, ça s'appelle courir le marathon sur la tête. C'est pas pratique, c'est con, ça tient pas debout et ça fait mal.

Les voitures, avec leurs moteurs et leurs carburants, ce ne sont pas les consommateurs qui les fabriquent ou qui les pensent et les conçoivent. Les normes non plus. Ces mêmes normes dont les critères ont toujours un train de retard. Et un  train de retard, dans les normes, c'est 30 ans, 40 ans. Pourquoi? Parce que ceux qui les définissent savent pertinemment qu'ils seront morts quand viendra le temps des bilans, des cancers, des catastrophes humaines, écologiques, environnementales.

Et Nathalie veut d'abord punir ceux qui ne sont ni coupables, ni responsables. Je pense que si le crime écologique était inscrit dans la loi, si la guillotine était en vigueur aujourd'hui, on emmènerait nos enfants Place de Grève, admirer toutes ces têtes d'énarques, de patrons, de ministres et d'ingénieurs rouler dans la sciure aux cris de ‟ Encore! Encore ” de la foule en liesse. Seul problème, les conditions de travail des bourreaux. 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, en 3 huit, ça fatigue son homme, ma brave Dame. Et je ne parle même pas des affûteurs, des juges et des avocats et... des équarrisseurs.

Il reste maintenant les bus, les vieux, vous savez, ceux qui transportent vos enfants au collège ou au lycée. Interdits de ville aussi, ceux-là (voir le tableau du  projet)! Et qui va offrir aux collectivités des bus conformes et tous neufs?

Et les transporteurs avec leurs poids-lourds? Virés! Out! À pied tu les livres tes camions de poissons surgelés. À pied tu ramasses les poubelles dans les rues. À pied tu livres tes oranges d'Espagne au supermarché du coin.

Pour les artisans, les auto-entrepreneurs, les fleuristes, les maçons, c'est fini les enfants! Tu changes ta camionnettes ou bien tu t'endettes à crédit. Ou tu crèves. Parce que la petite pastille verte, comment on l'obtiendra, hein? Il faudra sans aucun doute payer encore cette nouvelle vignette qu'on obtiendra ou pas, dans un centre agréé par l'État qui aura délégué à des sociétés privées (encore...) cette mission écologique.

Parce que s'il y a bien une solution à toute cette démagogie, Nathalie, c'est d'abord de se demander qui paient tout ça. Comment on finance? Pas aux utilisateurs, pas aux consommateurs. Non. C'est à ceux qui nous ont fourni ces véhicules polluants de nous fournir gratuitement les kits miracle ou les modifications nécessaires de mise aux normes.  À ceux qui ont décidé, ceux qui ont normalisé, ceux qui ont construit et vendu de prendre sur leurs fonds propres le coût de ces gabegies environnementales. Pas à l'État, non! Ce n'est pas au citoyen d'assumer financièrement par l'impôt ce qu'on lui a imposé.

C'est comme le nucléaire, comme les emballages et sur-emballages, comme les phytosanitaires de l'agrochimie, comme les médicaments miracles de l'industrie pharmaceutiques, ce n'est ni à l'État, ni aux consommateurs, ni aux patients ou aux citoyens de payer les factures de cette grande criminalité organisée de l'environnement, du médicament, de la pétrochimie ou de l'emballage. Non. Mais uniquement à ceux qui les préconisent ou les imposent.

Nathalie, quelle planète devons-nous laisser à nos enfants et à leurs enfants?

vacances Bretagne élévage porc cochon France Nature Environnement écologie paysans agriculture carburant vert E85

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site