Quand Martine tacle la démocratie quand s’accumulent les mandats

« On ne change pas les règles en cours de partie », dixit Martine Aubry à propos du cumul des mandats.

Madame Aubry, vous paraissez socialiste mais vous semblez quand même (continuer à) prendre vos concitoyens pour des brêles naïves et idiotes. De quelle partie parlez-vous ? Ça fait des décennies que les socialistes nous vendent leur soupe à la « Je suis la plus belle ! ». Sauf que ce socialisme qui ne dit pas son nom s'accroche à tout ce qui se présente (Voyez donc l'excellent palmarès de Jean-Marc Ayrault) et non seulement les dents longues mais les griffes profondément plantées dans les flancs de la démocratie.
J'ai migré dans mes votes, depuis mes 18 ans (en 1974) d'une sorte de centre gauche pour, petit à petit glisser vert le socialisme (pas le vôtre, je le sais désormais) mais le mien.
Jusqu'au dernières élections où ma préférence est allée à Europe Écologie.
Pourquoi ? Parce que celles et ceux que vous représentez ne représente un parti qui n'est même pas un pâle ersatz de la droite conservatrice mais une officine active de cette même droite.
Que n'avez donc vous fait des spéculations financières et boursières lorsque vous représentiez le peuple, dans les ministères et salons de la République ?
De quelles valeurs humaines et humanistes parlez-vous ?
De quel partage insinueriez-vous soutenir et initier ?

Je ne peux dissimuler mon profond dégoût pour ce que vous représentez et celles et ceux du même bord. Il suffit simplement de constater vos absences répétées et permanentes sur les fronts de lutte des travailleurs, de ces usines qu'on ferme, de ces milliers de salariés licenciés de ces mêmes entreprises que vous avez vous-même largement subventionnées à coups de centaines de millions d'euro (ces mêmes centaines de millions d'euro planqués aujourd'hui dans des paradis fiscaux).
Peut-être que Ségolène vous agace.
Je suis convaincu que c'est quelqu'un de bien.
Mais au fond, quelle est la différence entre vous, vos amis de la rue Solférino et Ségolène ?

Métaphore liminaire s'il en est : Il y en a qui fond de la mauvaise graisse difficile à éliminer assis et avachis sur les banquettes de nos assemblées ou bien les profonds fauteuils des salons et antichambres du pouvoir et les autres qui fond de la bonne graisse parce qu'il sont sur le terrain, celui de leur région, présents sur tous les champs de travail, à la besogne.
Oui, Madame Aubry, il existe des femmes et des hommes qui sentent la sueur à la fin de chacune de leur journée au service des citoyens.
Ça sue la conviction, le courage, la détermination, l'humanisme et le partage. C'est ça la politique. Eh bien, Ségolène elle pue cette sueur-là. Et nous petites gens du peuple, on aime quand un représentant du peuple pue la conviction, le courage, la détermination, l'humanisme et le partage.
Evidemment, c'est pas les boutiques de la place Vendôme où les confortables et prestigieux salons climatisés de « grandes » mairies ou cantines 3 étoiles.
Alors quand tous les gras-double qui spolient des mandats du peuple à tout va lâcheront tout ce qui fait plus de UN mandat alors vous pourrez ouvrir ce qui vous sert à parler et cesser encore de nous prendre pour des imbéciles.
Madame la première Secrétaire, donnez donc l'exemple avant de tancer vos quadras sur votre aile gauche enverdante.

socialiste élection vert mandat régionales tractation cumul martine aubry

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×