On a failli condamner des flics. Heureusement, la loi est bien faite.

On comprendra mieux pourquoi nos institutions sont non seulement prises de moins en moins au sérieux mais aussi que, comme la délinquance politique et financière, les excès et abus de pouvoir des représentants de l'autorité publique nous mènent irrémédiablement à la violence.
Monsieur le Président, Monsieur Le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et messieurs les Sénateurs, Mesdames et messieurs les députés, à tous les dépositaires des responsabilités collectives et locales, comment pouvez-vous exiger la loi et l'ordre quand, dans vos rangs, près de vous, parmis vos collaborateurs, la loi est bafouée, les délits impunis, les malveillances permises et les abus habituels ?
Quel message est perçu par nos jeunes ? De quelle réinsertion parlez-vous à ceux qui sont en prison, ceux qui y rentent, ceux qui en sortent ?
Le jugement rendu à ces policiers voyous est en fait une récompense. C'est permettre en réalité la possibilité que ces faits se reproduisent en toute impunité.
Voyez-vous Monsieur le Président, Monsieur Le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et messieurs les Sénateurs, Mesdames et messieurs les députés, à tous les dépositaires des responsabilités collectives et locales, la question que je me pose ? Comment en France, dans ce cas de violences policières avérées, reconnues et jugées, comment est-il possible que le législateur permettent à ces policiers de continuer à exercer ?
Ces policiers jugés et condamnés ne devraient plus pouvoir exercer de leur vie quelques fonctions que ce soit, dans aucune administration et dans aucune activité liée de près ou de loin à l'ordre et/ou la sécurité.
Ma remarque vaut également pour la délinquance politique et la délinquance financière. Sauf qu'en France, dès lors qu'on a exercé des responsabilités d'états, publiques, privées et qu'on est mis en examen et condamné, notre législation a l'incroyable faculté de laver plus blanc que blanc et de remettre en selle tous ces voyous.
Des dizaines de suicides dans les prisons, pas de démission..
Des décès dans les hôpitaux, pas de démissions,
Des SDF morts dans nos rues du froid, de la malnutrition et de la maladie ? Pas de démission.
Des tabassages et des violences policières ? Pas de démission.
Malheureusement, tous, vous nous donnez l'image d'irresponsables au dessus des lois et des hommes.
Notre pays est votre jouet, le jouet et le jardin de vos ambitions. Qu'importe le prix à payer, car vous ne passer jamais à cette caisse-là. Ce sont les autres qui paient vos factures, toutes vos factures, vos dérives, vos abus, vos excès.
Vous ne connaissez même plus la valeur des choses, de l'argent. Il vous suffit de vous servir dans les caisses publiques à n'avoir, qui plus est, aucuns comptes à rendre à personne. Jamais.
Et oui il y aura encore et encore de la violence, dans les quartiers, les villes, les banlieues, aussi longtemps que l'Etat, les collectivités et les grandes entreprises accueillerons des voyous de toutes sortes

flic condamnation délinquance politique finance SDF collectivités

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site